quarta-feira, 13 de fevereiro de 2013


Dos amores sofredores


Chagall, Paris, par la fenêtre (1913)
Museu Guggenheim on line


Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours 
Faut-il qu' íl m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels egards l'onde si lasse
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme la vie est lente
Et comme l' Espérance est violente
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

                                             
                                                     (Guillaume Apollinaire, 1912)
                                             


Nota: a ausência de pontuação dá a fluidez e o ritmo de que o poema necessita. O tom elegíaco deve-se à rutura progressiva com a pintora Marie Laurencin.

         (in XX.e sièclecop.1969, Collection Littéraire Lagarde & Michard. Ed.Bordas)

Sem comentários: